fv6

Arbustes 

La fertilisation des arbustes

Pour donner les meilleures conditions de départ aux arbustes décoratifs, prendre soin de les planter dans un sol meuble et bien drainé. Un apport d’engrais pour arbres et arbustes à la fin d’avril/début mai, et un à la fin de juin, sont recommandés. On ne doit pas fertiliser avec un engrais azoté après la mi-juillet, sinon les nouvelles pousses de l’année risquent d’être détruites par le gel hivernal. Au début d’août, fertilisez les arbustes avec de l’engrais pour arbres et arbustes automnal pour favoriser un meilleur endurcissement des tiges avant l’hiver.

L’entretien des arbustes est grandement facilité par l’utilisation du paillis de cèdre comme couverture du sol au pied des arbustes; il maintient l’humidité du sol, contrôle les mauvaises herbes et enrichit le sol en matières organiques.

La taille d’entretien

Il s’agit d’une intervention périodique, généralement annuelle, qui préserve le port naturel et la santé de l’arbuste. Après avoir supprimé les tiges mortes, cassées ou malades, on coupe les tiges mal positionnées, celles qui poussent vers l’intérieur ou qui se croisent. On raccourcit aussi les tiges trop longues qui dépassent du corps de l’arbuste.

Pour maximiser la floraison, les arbustes qui fleurissent sur le bois de l’année devraient être taillés tôt au printemps. Il s’agit essentiellement de végétaux à floraison estivale, tels que l’hydrangée arborescente (Hydrangea arborescens), la potentille ligneuse (Potentilla fruticosa) et la spirée du Japon (Spiraea japonica).

De leur côté, les arbustes qui fleurissent sur le bois de l’année précédente devraient être taillés immédiatement après la floraison. La plupart de ces végétaux ont une floraison printanière, comme le forsythia (Forsythia spp.), le seringat (Philadelphus spp.) et le lilas (Syringa spp.).

Les tiges mortes, malades, brisées ou endommagées doivent cependant être supprimées dès que leur présence est constatée. Les gourmands et rejets peuvent être supprimés en tout temps.

La taille de rajeunissement

En vieillissant, certaines espèces se dégarnissent ou perdent leur port naturel. Chez d’autres, les tiges âgées deviennent plus vulnérables aux attaques des insectes perceurs. C’est le cas du lilas. Comme son nom l’indique, la taille de rajeunissement redonne un air de jeunesse à ces arbustes.

La meilleure approche est d’y aller progressivement, un peu à la fois, quitte à procéder en plusieurs années consécutives. Rabattez les tiges les plus âgées et conservez les nouvelles pousses. Chez les espèces très vigoureuses, il est possible d’enlever jusqu’au tiers du vieux bois chaque année.

Le recépage

Il s’agit ici d’un rajeunissement sévère qui est parfois utilisé pour redonner une forme à des haies négligées ou à des arbustes très mal en point. L’ensemble des tiges est rabattu à environ 15 cm du sol, ce qui génère un stress important qui ne convient pas à toutes les espèces. On s’en sert pour accentuer la coloration des arbustes à croissance vigoureuse comme les cornouillers. Pour se remettre du recépage, ces arbustes auront besoin d’une fertilisation équilibrée.

Comment faire une bonne taille

Pour empêcher les accumulations d’eau, on donne généralement un angle d’environ 30 degrés à la coupe. On taille toujours juste au-dessus d’un bourgeon latéral ou de l’aisselle d’une branche. Le bourgeon ou la ramification laissés en place sont appelés « appel de sève ». Celui-ci redirige la sève et limite l’apparition des gourmands anarchiques. La bonne circulation près de la plaie accélère la cicatrisation. En sélectionnant le bourgeon latéral à conserver, on peut contrôler le sens de la croissance et privilégier les rameaux qui se dirigent vers l’extérieur. C’est ce qu’on appelle une coupe directionnelle.

Et les conifères?

En général, les conifères n’aiment pas être taillés. Seuls les genévriers (Juniperus sp.), les cèdres (Thuja sp.) et les faux cyprès (Chamæcyparis sp.) s’accommodent d’une taille répétée en raison de leur croissance continue.

On procède habituellement vers la mi-juin en ne coupant pas plus des deux tiers de la pousse annuelle. En enlever davantage serait une erreur puisque ces espèces ne produiront pas de bourgeons dans le vieux bois. La taille des thuyas peut être effectuée jusqu’en septembre si l’on prend soin d’éviter les périodes de canicule

Période de plantation

Les arbustes à racines nues, au feuillage persistant ou caduc, peuvent être plantés au printemps ou à l'automne. Les arbustes en pot et ceux aux racines entourées d'une motte de terre retenue par une toile de jute peuvent être plantés n'importe quand au cours de la saison de végétation, à condition de bien les arroser.

Plantation

La préparation du sol pour la plantation d'un arbuste commence par le creusage d'un grand trou, ce qui ameublit et aère le sol pour créer un milieu propice à la croissance de nouvelles racines. Le diamètre du trou doit être d'au moins 45 à 60 centimètres plus grand que la motte entourant les racines et il doit être assez profond pour que la motte soit recouverte d'environ 2,5 centimètres de terre.

Une fois le trou creusé, il faut retirer la plante du pot de plastique. Il ne faut jamais laisser assécher les racines pendant la plantation, afin d'empêcher le dépérissement.

Lorsqu'on remplit le trou, il faut bien répartir la terre autour des racines ou de la motte et tasser le sol pour éviter les poches d'air. On termine le remplissage en tassant la terre ou en formant autour du lit de plantation une cuvette pour retenir l'eau. Arroser abondamment.

Ville de Rouyn-Noranda  100, rue Taschereau Est, C.P. 220, Rouyn-Noranda, Qc J9X 5C3 | Tél.: 819 797-7110 enveloppe ou par courriel